Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. West-Island 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, QC H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, QC H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, QC H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, QC H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, QC H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, QC H1E 2Z6
    514 494-2606
Trouver votre pôle

Christian Perron : le chef d’orchestre de PME MTL Centre-Ville

Rencontre-éclair | 16 août 2017

Christian Perron, directeur général de PME MTL Centre-Ville, est impliqué de près dans les projets de financement qui ont cours. Le pôle a d'ailleurs généré pour son bilan de demi-année un volume d’activités record équivalant à près de 4 millions de dollars octroyés à plus de 120 entreprises privées et d’économie sociale.

1. Qu’est-ce qui vous a conduit à devenir directeur général de PME MTL Centre-Ville ?

« J’ai d’abord étudié en sciences politiques et en administration politique, ce qui m’a conduit à travailler un certain temps au gouvernement fédéral. J’ai d’ailleurs eu la chance de participer à la préparation d’un budget fédéral. »

« Par la suite, je me suis lancé dans le service-conseil auprès des entreprises, puis je suis passé du côté du développement économique en 2004 en devenant directeur général de la Société de développement économique Ville-Marie, ce qui m’a conduit ensuite à la direction de PME MTL Centre-Ville. »

2. Quel genre de solution apportez-vous ?

« Comme directeur général, mon rôle est un peu celui d’un chef d’orchestre. Je m’assure qu’on gère les programmes de la meilleure façon pour aider les entreprises, et ce de la façon la plus rapide possible aussi, que ce soit pour du financement ou du service-conseil. »

« J’aime dire qu’on joue un rôle modeste à un moment important parce que les entreprises qui viennent vers nous n’ont souvent rien vendu encore. C’est facile de vouloir les aider aujourd’hui, maintenant qu’elles ont du succès, mais le faire à leurs débuts, ça, c’est une autre histoire. »

3. Quelles sont les plus belles histoires que vous ayez rencontrées ?

« En 14 ans à travailler en développement économique, j’ai vu passer des centaines d’entreprises. Je me souviens d’avoir rencontré Alexandre Thabet et Jean-François Marcoux, de Ludia à leurs débuts. Il n’y avait qu’une télé au mur et des manettes de jeu sur la table dans leur bureau. Aujourd’hui, c’est une belle boîte de développement de jeux de 350 employés. Ça a été un peu la même chose avec des entreprises comme Averna et RodeoFX. Dans chaque cas, notre financement a permis qu’on fasse travailler du talent local et qu’on développe de la propriété intellectuelle ici. »

« En chiffres de 2016, notre bureau du centre-ville avait aidé environ 400 entreprises. De ce groupe, 257 étaient toujours en activité, générant un chiffre d’affaires de 514 millions de dollars, et 240 millions en salaires. »

4. Quel genre d’accompagnement offrez-vous ?

« Comme j’ai travaillé avec plusieurs entrepreneurs au cours de ma carrière, certains gestionnaires me recommandent aujourd’hui à leurs amis. J’aime connecter avec ces personnes et essayer de discerner si leur projet a du potentiel ou non. Lorsque j’étudie un cas, je me penche d’abord sur des aspects financiers, et mon approche en est une pragmatique, ou « no-nonsense » en anglais. J’explique franchement ce que je pense du projet, et ce qui je crois, est réaliste et envisageable dans chaque cas. »

5. Quel est LE conseil que vous donnez le plus souvent ?

« Je rappelle souvent aux entrepreneurs à quel point il est important de commercialiser leur produit question de le tester et de s’assurer qu’il réponde bien au besoin de l’utilisateur. Au pire, on l’améliore avec le temps. Il faut vivre avec un sens de l’urgence d’une certaine façon, surtout que l’on va toujours prendre plus de temps à atteindre une étape qu’on l’avait anticipé au départ.

« Les gens préfèrent souvent l’aspect « développement », et pas tant l’aspect « commercialisation ». Le problème, c’est que l’un est presque aussi important que l’autre. Si tu ne développes pas tes marchés, tu ne resteras pas en affaires bien longtemps. »

6. Quel est votre talent caché ?

« Mon talent caché, c’est d’être bon vendeur. Lorsque je crois en un projet, je suis bon pour convaincre les gens d’embarquer eux aussi. »

--
Christian Perron est Directeur général de PME MTL Centre-Ville