Rencontre-éclair | 11 mai 2017

Paula Cardona : la conseillère avisée

Parce qu’elle a commis « à peu près toutes les erreurs inimaginables » en démarrant une PME en Colombie dans la production de t-shirts sérigraphiés, Paula Cardona a rapidement compris l’importance d’une préparation à toute épreuve quand on se lance en affaires.

Aujourd'hui conseillère au démarrage d’entreprises chez PME MTL Centre-Est, elle possède une vaste expérience qui profite à la nouvelle génération de chefs d’entreprises.

1. À quoi peut ressembler une journée de travail typique?

« Je rencontre les entreprises en démarrage et en prédémarrage sur une base quotidienne. Je suis une sorte de guichet multiservice. Je valide les idées, je fais réfléchir les entrepreneurs dans leurs premières étapes, etc. Ensuite, je pose un diagnostic et je recommande ou non du financement.

2. Quelles sont les erreurs les plus fréquentes chez les entrepreneurs que vous rencontrez?

« Le manque de préparation, sinon l’oubli de détails pourtant essentiels. Il faut toujours identifier les occasions d’affaires et les clients potentiels, mais aussi analyser les besoins du marché. Il faut également s’assurer d’avoir un profil d’entrepreneur, soit détenir des connaissances, avoir un réseau de contacts, identifier des experts dans le secteur, etc.

Alors que j'avais ma propre entreprise j'ai commis des erreurs que je tente de faire éviter aux entrepreneurs que je rencontre : solliciter les plus gros clients dès le départ, établir des prix trop bas en voulant être concurrentielle, omettre de préparer un plan d’affaires et une étude de marché, ne pas connaître mes concurrents, porter tous les chapeaux dans l’entreprise, sont autant d'impairs qui m'ont permis d'apprendre. »

 Il faut éviter de bâtir son projet d’entreprise sur des subventions. Tout le monde, sans exception, veut des subventions. Quand on est prêt à mettre de son propre argent, ça donne énormément de crédibilité.

3. Quel est le meilleur conseil que vous pouvez donner aux entrepreneurs? 

« Il faut éviter de bâtir son projet d’entreprise sur des subventions.Tout le monde, sans exception, veut des subventions. Quand on est prêt à mettre de son propre argent, ça donne énormément de crédibilité. Il vaut mieux avoir des économies. Les gens qui se lancent en affaires pensent que l’argent est le principal problème. Quand tu les amènes à réfléchir autrement, tu leur fais comprendre qu’ils n’ont pas les bons réflexes. Il faut commencer par bâtir son projet, faire de la recherche, avoir de bonnes assises, etc. »

4. Avez-vous un côté insoupçonné? 

« Originaire de la Colombie, je suis arrivée au Québec en 2008 avec mon conjoint. J'ai rapidement appris le français et j'ai trouvé un travail dans la promotion de l’entrepreneuriat. J'ai récemment mis sur pied une cellule de mentorat à Medellin, en Colombie. Le bénévolat n’est pas quelque chose de naturel et de très répandu en Colombie. J’ai quand même réussi au bout d’un an à créer une banque de 70 mentors. »

--
Paula Cardona est conseillère au démarrage d’entreprises chez PME MTL Centre-Est