Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. West-Island 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, QC H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, QC H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, QC H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, QC H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, QC H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, QC H1E 2Z6
    514 494-2606
Trouver votre pôle

Passer de l'initiative philanthropique à la création d'un OBNL : le défi des Fées marraines

Défi d’entrepreneur | 4 juin 2018

À l’origine, Linda Blouin voulait simplement aider quelques filles défavorisées à se trouver une jolie robe et de belles chaussures pour assister à leur bal des finissants. Cette année, la professeure d’anglais à l’école Antoine-de-Saint-Exupéry, à Saint-Léonard, et son équipe de bénévoles, vont « habiller » leur 1000e fille. Voici le long chemin parcouru par Mme Blouin dans la création de l’OBNL Fées Marraines.

Linda Blouin a longtemps été associée à l’organisation du bal des finissants de son école. Et elle a toujours su dénicher des billets gratuits pour ceux et celles qui n’avaient pas les moyens d’y assister. Malgré tout, certaines filles refusaient de participer à l’événement faute d’avoir une robe. C’est là que l’idée de créer une garde-robe de rêve a germé dans la tête de la professeure.

Fées Marraines, l’OBNL montréalais a finalement essaimé partout au Québec pour faire du bal des finissants un bal de rêve pour toutes

Créer une garde-robe de rêve

« Une de mes anciennes élèves m’a apporté sa robe de bal et m’a demandé : alors est-ce qu’on le lance votre projet ? Ça a été l’élément déclencheur qui m'a fait prendre l'initiative. La première année, en 2013, on a fourni des robes à sept filles », relate Linda Blouin, présidente et fondatrice.

Un an plus tard, à la suite d’un article publié dans le quotidien La Presse, l’initiative de la prof-philanthrope allait connaître une tournure inattendue. « C’était le jour du bal. J’ai reçu 177 courriels. J’ai donné des entrevues à la radio, dit-elle. Il y avait tellement de gens qui sont venus porter des vêtements qu’on a dû fermer l’école. »

La Presse a remis 1000 $ à Linda Blouin pour qu’elle poursuive son œuvre philanthropique. Un vice-président de la société de gestion Power Corporation a également approché la dame ce qui, à terme, allait se traduire par un don de 5000 $. Cette rencontre avec l’un des dirigeants de Power Corp. a été déterminante pour la suite des choses.

Former un conseil d'administration

« Il nous a aidé à former un conseil d’administration, relate la femme de 52 ans. On s’est inscrit sur la plateforme Bénévoles d’affaires (qui vise le jumelage entre des gens d'affaires et des organismes à but non lucratif) afin de trouver des gens pour notre CA. Pour notre premier CA, Power Corp. nous a prêté une salle de conférence dans leurs bureaux du centre-ville. C’était surréaliste. »

Le bureau d’avocats Blakes s’est également mis de la partie. Avec le concours du cabinet de juristes, ce qui portait désormais le nom de « Fées Marraines », s’est constitué en OBNL ayant le statut légal d’organisme de bienfaisance. Du coup, Fées Marraines est passsée d'une initiative philanthropique à un OBNL qui avait le pouvoir d’émettre des reçus d’impôts.

Au fur et à mesure qu’il grossissait et qu’il faisait le bonheur d’un nombre croissant de jeunes femmes, l’organisme devait trouver un endroit où entreposer ses robes. Pour ce faire, il a dû louer un local et donc payer un loyer.

Etablier un partenariat pour avoir un espace d'entreposage

Mais grâce à un partenariat avec Magasins Renaissance, un OBNL de réinsertion sociale, Fées Marraines dispose maintenant d'un espace d’entreposage de 1000 pieds carrés qui ne lui coûte rien. « C’est une relation gagnant-gagnant, car tout en venant nous porter des robes et des souliers, les gens laissent d’autres items chez Renaissance », explique Mme Blouin, mère de trois adolescents.

Pour ce nouvel entrepôt, PME MTL a remis 2000 $ à l’organisme, soit l’équivalent du prix des matériaux nécessaires à l’aménagement des lieux.

Malgré les nombreux dons de vêtements, Fées Marraines a plus que jamais besoin d’argent. « On a 1400 robes en stock. Sur le lot, on n’en a que 45 de grandes tailles. Il nous faut de l’argent pour acheter des robes et des souliers de grandes tailles », dit Linda Blouin.

En 2018, Fées Marraines veut aider 350 filles à assister à leur bal des finissants dans quelque 70 écoles différentes. L’OBNL montréalais a par ailleurs donné naissance à d’autres mouvements similaires ailleurs au Québec, notamment Anges du Bal et Fées de l’Outaouais.

--

Fées Marraines est soutenu par PME MTL Est-de-l'Île