Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. West-Island 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, QC H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, QC H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, QC H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, QC H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, QC H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, QC H1E 2Z6
    514 494-2606
Trouver votre pôle

Quand l’entrepreneuriat donne la liberté de créer, le défi d’imaginami

Défi d’entrepreneur | 21 août 2018

L’inspiration provient de toute part. Pour Sandra Bean, ses muses, ce sont les tout-petits. Bienvenue dans l’univers d’imaginami.

Dans ses propres mots, Sandra Bean s'est fait confiance et a eu l’idée de lancer imaginami. La designer de profession rêvait de liberté de création. Devenir entrepreneure a donc germé à son esprit. Or, l’idée a été longuement mûrie : se dire que nous partons de zéro, que nous laissons tout tomber, de renoncer à une certaine sécurité financière, cela demande une réflexion au-delà de celle que nous pouvons avoir autour d’une table.

J’aime la vibe d’être entrepreneure, j’aime avoir la liberté de faire des choix, ça, ça n’a pas de prix.

Cette réflexion une fois faite, elle a exprimé le désir de créer ses propres produits, dans lesquels sa vision du jeu et du jouet serait transposée, et ce, sans que qui que ce soit ne lui dise quoi faire et, surtout, comment. « J’aime la vibe d’être entrepreneure, j’aime travailler 24 heures sur 24 dans ma tête. Avoir la liberté de faire des choix, ça, ça n’a pas de prix », mentionne Sandra Bean.

Examiner régulièrement ses priorités d’entreprise

À en croire Sandra Bean, les idées ne manquent pas. Faire un examen des priorités d’entreprise demeure essentiel, d’autant plus qu’imaginami s’opère en fonction de trois pôles. « En premier lieu, j’ai mon atelier que j'aimerais voir grandir en créant une expérience client ludique et sympathique». Deuxièmement, il y a les points de vente au Québec, en Ontario et dans les Maritimes qui abordent un autre mode de gestion, avec des marges différentes. Finalement, il y a le volet en ligne dans lequel je compte bientôt proposer une offre originale et exclusive.

Je jongle avec ces trois volets. Je mets mes priorités dans chacun et j’espère les voir grandir. Tout ça, dans le but de mettre des petits amis imaginami dans les mains des tout-petits », poursuit Sandra Bean.

S’établir en terrain connu

imaginami a élu domicile dans l’arrondissement Lachine, un quartier bien connu par Sandra Bean qui y a déjà habité par le passé. Dès l’ouverture de l’atelier-boutique, les habitants du quartier l’ont tout de suite adopté.

La femme d’affaires souligne cet élément avec grand bonheur. «Tout de suite, les gens sont venus nous voir pour jaser, je me suis fait plein d’amis. Ils ont été super accueillants. C’est agréable aussi, car ils donnent leur avis sur les produits et sur ceux que nous devrions faire. J’ai tout le temps du feedback direct du client, c’est intéressant et inspirant», affirme Sandra Bean.

Faire un produit québécois qui marque la différence

Les produits imaginami sont entièrement conçus au Québec, une distinction qui mérite mention. Ensuite, de l’aveu même de Sandra Bean, l’image de marque est importante. Le souhait exprimé par la designer? Que les personnages d’imaginami soient aussi connus que ceux des émissions pour enfants les plus populaires. « Déjà, je commence à le voir sur les réseaux sociaux. Les gens ne veulent pas avoir une poupée. Ils veulent un imaginami. C’est gros, pour moi », poursuit Sandra Bean.

imaginami s’inscrit dans une philosophie de jeu libre et de qualité. Sandra Bean souligne que le milieu du jeu est souvent perçu comme une commodité, peu coûteuse. « Je veux que mes produits durent longtemps, qui procurent un jeu de qualité, un jeu libre », martèle Sandra Bean. D’ailleurs, la designer travaille sur la conception de jeux et casse-têtes évolutifs, qui comprendront différentes façons de jouer, au fur et à mesure que l’enfant grandit. « Il s’agit d’une façon de donner une durée de vie un peu plus longue, évolutive, au jeu », signale Sandra Bean.

De nombreux projets à l’horizon

Qu’en est-il de la suite? Sandra Bean a plus d’un tour dans son sac. Un projet qui consistera à créer son propre imaginami est sur le point d’être lancé. Une campagne de sociofinancement sur Kickstarter sera d’ailleurs attachée à ce projet, dès le mois de septembre. 

Des ateliers de fabrication d’un imaginami et des fêtes thématiques pour les enfants figurent aussi dans la liste de la femme d’affaires.

Comme quoi créer pour les petits peut nous permettre de voir grand.

--

L’entreprise imaginami est soutenue par PME MTL West-Island