Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. West-Island 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, QC H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, QC H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, QC H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, QC H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, (Québec) H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, QC H1E 2Z6
    514 494-2606
Trouver votre pôle

Faire croître une entreprise d’économie sociale, le défi du Marché Ahuntsic-Cartierville

Défi d’entrepreneur | 25 juil. 2018

Des entreprises d’économie sociale en croissance et en pleine expansion, il en existe. Le Marché Ahuntsic-Cartierville fait partie du lot. César Herzele, coordonnateur de cet OBNL du nord de la ville, nous explique pourquoi.

Fondé en 2011, le Marché d’Ahuntsic-Cartierville (MAC) prenait autrefois la forme d’un marché mobile (l’équivalent d’un « food truck », mais de fruits et légumes) visant à desservir les zones dites de « désert alimentaire », c’est-à-dire là où la nourriture n’est pas facilement accessibles à un prix raisonnable. Bref, de l’économie sociale dans sa plus pure expression.

Puis, en 2016, un premier petit bâtiment de bois a été érigé sur un terrain prêté par la Ville de Montréal et la Société de transport de Montréal (STM), à deux pas de l’entrée du métro Sauvé. Du coup, les MAC avaient désormais pignon sur rue de juin à octobre. Depuis, l’OBNL ne cesse de prendre du gallon et de se développer. Depuis cinq ans, ses ventes augmentent de façon continue.

L’an passé, à l’été 2017, l’organisme a vendu environ 17 000 kg de fruits et de légumes frais, dont près de 85 % provenaient d’une trentaine de producteurs locaux.

Chercher l’efficacité et réduire les coûts de fonctionnement

Comme chacun sait, les revenus (sinon les subventions) sont essentiels quand on est une entreprise d’économie sociale. Or, le Marché Ahuntsic-Cartierville ne tire pas grands profits de la vente de ses produits. Ils sont vendus à des prix vraiment bas - souvent plus bas qu’au supermarché - pour que le plus grand nombre puisse en profiter.

Pour dégager des surplus et faire avancer l’entreprise, il fallait donc trouver des solutions pour réduire les coûts de fonctionnement.

Constatant que trop de temps, d’aliments et d’énergie étaient gaspillés pour effectuer le transport entre le marché et les entrepôts réfrigérés loués par l’OBNL, César Herzele a pris le pari d’électrifier les modestes installations du marché afin d’y installer une chambre froide. Cette dernière sera installée et mise fonction au cours du mois d’août 2018.

« On perdait jusqu’à deux heures par jour pour le transport et la mise en place des fruits et légumes. Maintenant, on aura tout sur place et on pourra bonifier notre offre en ajoutant entre autres des produits laitiers », explique M. Herzele, un nutritionniste spécialisé en alimentation publique, qui a bossé en développement international sur trois continents.

Autre façon intelligente d’économiser : l’achat en groupe. « On a mutualisé nos achats en fruits et légumes avec d’autres marchés solidaires, dont le marché solidaire Frontenac et le marché solidaire Cadillac », dit le Français d’origine.

Enfin, César Herzele s’est prévalu d’un programme gouvernemental pour l’embauche de travailleurs durant la saison estivale. En effet, une tranche de 50 % du salaire des six étudiants qui bossent aux MAC est payée par le gouvernement. Suffit d’en faire la demande.

Faire éclore de nombreuses initiatives au Marché Ahuntsic-Cartierville

Tout en assoyant sa réputation, l’OBNL a d’autres projets dans sa besace. Il poursuit pour une deuxième année sa distribution de « paniers solidaires », soit des paniers de produits frais destinés à une centaine de familles touchées par l’insécurité alimentaire.

En plus de posséder encore son marché mobile – ce camion dessert trois endroits différents chaque semaine -, le Marché Ahuntsic-Cartierville souhaite par ailleurs mettre en place un service de livraison avec point de chute.

Ne cessant jamais de développer son réseau de contacts, César Herzele multiplie les rencontres et participe aux événements de réseautage. « Ça permet l’échange d’idées, dit-il. Mais ça permet aussi de rencontrer des entreprises qui deviennent ensuite nos partenaires, dont l’une fait de la transformation à partir de nos fruits et légumes invendus. Notre marché devient un levier économique pour bien des jeunes entreprises agroalimentaires régionales. »

Soutenus depuis 2016 par la Corporation des marchés publics de Montréal, les Marchés d’Ahuntsic-Cartierville, composé d'un marché fixe et d'un marché mobile, continuent à prendre du gallon et à faire des heureux dans leur milieu.

--

Le Marché Ahuntsic-Cartierville est soutenu par PME MTL Centre-Ouest

Recevez nos contenus exclusifs par courriel