Défi d’entrepreneur | 7 décembre 2018

Sollum technologies, une innovation élevée en entreprise

Tout est parti d’une invention incroyable de deux étudiants montréalais : ils ont trouvé trouvé la solution pour recréer parfaitement la lumière du soleil. Quelques années plus tard, la startup Sollum Technologies en fait profiter le milieu agricole.

Sollum Technologies a réussi le tour de force de transformer une découverte scientifique en produit commercial. Gabriel Dupras et François Roy-Moisan, étudiants en génie à l’École de technologie supérieure (ÉTS), ont vite compris le potentiel de leur innovation et de ses applications.

Recréer les nuances de la lumière du soleil selon les heures de la journée, c’est extraordinaire. « L’éclairage actuel est à spectre fixe alors que la lumière naturelle est une onde qui varie dans le temps, explique Louis Brun, PDG de Sollum Technologies. On a développé des algorithmes qui reproduisent la lumière naturelle. Notre lumière est intelligente. »

Transformer une innovation scientifique en produit commercialisable et en entreprise structurée exige un processus minutieux !

C’est extraordinaire mais nouveau. « L’enjeu, c’était d’avoir créé quelque chose de tellement nouveau qu’il fallait déterminer quel marché allait être prêt à s’y intéresser et à payer pour notre produit. Il fallait trouver le bon modèle d’affaires », se souvient Louis Brun.

Les deux étudiants se sont mis en quête d’un partenaire aux compétences complémentaires pour prendre la tête de l’entreprise et l’emmener plus loin. C’est alors qu’ils ont rencontré Louis Brun, ingénieur formé en finance et entrepreneur en série dans le domaines des technologies. Il est entré dans l’aventure au printemps 2016. Il a apporté ses capacités de gestionnaire aux scientifiques pour former l’équipe idéale. Aujourd’hui, François Roy-Moisan est chef des technologies et Gabriel Dupras, responsable de l’ingénierie.

Étape fondamentale : valider le marché

Transformer une innovation scientifique en produit commercialisable et en entreprise structurée exige un processus minutieux. La première étape : aller sur le terrain pour valider le marché. « On a posé beaucoup de questions. C’est en se faisant dire non qu’on en apprend le plus. On a mené des projets à petite échelle pour tester. On a parlé aux clients et fait plusieurs itérations pour cerner le marché dans lequel on pouvait apporter le plus de valeur », indique Louis Brun. Ce marché, c’est l’agriculture d’intérieur. Reproduire l’éclairage du soleil dans les serres verticales pour faire pousser des plantes, des herbes ou des petits légumes apporte un bénéfice important. La force de Sollum Technologies : « On peut créer la lumière naturelle de 10h du matin un beau jour du mois d’août ou celle d’une fin du jour en juin quand on en a besoin, précise Louis Brun. Ainsi, on peut faire pousser des fraises en janvier avec une lumière d’été ! »

Une idée qui a plu aux investisseurs. La startup a obtenu un million de dollars en capital de risque en septembre 2017. « On a ainsi pu développer la technologie, la rendre plus puissante et moins chère à produire », indique le PDG. Résultat : l’entreprise s’apprête à déposer son troisième brevet. Elle a aussi mené plusieurs projets pilotes avec des primo-adoptants : des entreprises agricoles intéressées par la technologie et prêtes à l’essayer.

Une startup tournée vers l’avenir

Maintenant que les preuves sont faites et les premiers clients au rendez-vous, Sollum Technologies, qui compte 9 employés, atteint un autre stade. Hébergée à l’incubateur de l’ÉTS, le Centech, depuis plus de deux ans, l’équipe s’installera dans de nouveaux locaux prochainement. Elle pense doubler le nombre d’employés dans la prochaine année. Début 2019, elle mènera une nouvelle ronde de financement afin de lancer la commercialisation à grande échelle. Elle mettra également sur pied des projets de plus grande envergure, de niveau industriel. Son but : optimiser le processus, obtenir un plus gros volume et faire des économies d’échelle. En parallèle, l’équipe améliorera la plateforme infonuagique. Car « chaque lumière de Sollum est un objet connecté ». Et les soleils de Sollum sont tellement nombreux que l’entreprise veut créer une librairie de recettes solaires. Vous voulez un soleil du Mexique en août dans les montagnes, un soleil d’Océanie en juin au bord de la mer ? Tout sera disponible, consigné comme autant d’objets précieux.

Bien sûr, Sollum Technologies ne prévoit pas s’arrêter aux applications agricoles. « Notre vision à long terme, c’est d’amener le soleil pour tous », lance Louis Brun. Même à la maison.

--

L’entreprise Sollum Technologies est soutenue par PME MTL Grand Sud-Ouest.