Défi d’entrepreneur | 25 août 2017

Outiller ses employés pour faire face aux changements

Marcel Leduc est ​président et fondateur de l’entreprise d’économie sociale Service d’entretien Pro-Prêt. Fondé il y a 22 ans, l’OBNL a vécu une croissance importante ces dernières années. L'entrepreneur est parvenu à fournir à ses employés les outils nécessaires à leur adhésion, malgré les changements causés par cette expansion.

Service d’entretien Pro-Prêt fait de l’entretien ménager commercial et industriel, de même que de l’entretien général d’immeubles commerciaux. Elle fait également de l’insertion sociale auprès d’une clientèle mixte de 18-50 ans. Elle fait travailler 160 personnes, dont 100 de manière permanente. Les quelque 60 autres employés sont embauchés par le biais de programmes d’insertion en collaboration avec Emploi-Québec. La PME compte 180 clients dans la grande région de Montréal. Son chiffre d’affaires, en croissance, frôle les cinq millions. 

Minimiser la résistance au changement

L'entreprise qui était à la croisée des chemins il y a quelques années était devenue suffisamment grande pour passer à une autre vitesse. Mais comment croître sans déstabiliser l’équipe en place, voire mettre en péril les acquis de la PME ?

« On s’est tournés vers différents organismes de développement économique comme PME MTL et Emploi-Québec. On a reçu de l’aide pour entreprendre une réflexion interne, préparer notre plan de communication et même pour l’achat de véhicules », résume Marcel Leduc.  

L’achat de nouveaux logiciels pour le service à la clientèle, la gestion de contrat, les coûts de revient, mais aussi pour la gestion des paies et des horaires a également apporté un vent de renouveau au sein de l’OBNL. « Il fallait aussi former tout notre personnel à pouvoir bien utiliser les logiciels. Ça s’est fait étape par étape avec l’aide de spécialistes. Le jeu en a valu la chandelle », indique M. Leduc.

Savoir se remettre en question

Plus que tout, le chef d’entreprise s’est tourné vers le mentorat pour trouver des réponses à ses nombreuses questions. 

« Je cherchais un coup de main pour avoir de nouvelles façons de travailler. Quand tu es DG, tu es seul en quelque sorte. Tu es ton propre patron. Même si on a un conseil d’administration, des fois on se dit qu’on a besoin d’une personne plus forte que soi. Je suis donc allé chercher de l’aide pour me permettre de passer à travers la croissance. Je me demandais : suis-je la bonne personne pour poursuivre la mission ? »

Marcel Leduc a fait appel au Réseau M, de la fondation de l’entrepreneurship. Il a été jumelé à un directeur d’affaires d’expérience issu du secteur de l’économie sociale. « Pendant un an, on se rencontrait une ou deux fois par mois. Ça a été profitable. Ça m’a donné de l’énergie pour continuer », dit-il. 

Mettre en place un système de formation continue

Jusqu’à tout récemment, les employés profitant du programme d'insertion sociale étaient majoritairement composés de décrocheurs. Mais depuis quelques années, les décrocheurs ont fait place à un nombre croissant de gens souffrant de maladies mentales. 

« Ça aussi ça a été un gros changement, explique M. Leduc. On n’était pas prêts à ça. Les gens qui travaillent dans l’entreprise, dont nos chefs d’équipe, ont dû suivre des formations en santé mentale, en toxicomanie, en gestion de budget, mais aussi sur les gens démotivés. Nous avons dû mettre en place un système de formation continue. » 

Maintenant qu’elle a embauché un responsable aux finances, l’OBNL rêve d’un directeur des ressources humaines. Pour l’instant, le gestionnaire peut compter sur les services d’un technicien en ressources humaines. 

--
L'entreprise Service d’entretien Pro-Prêt est soutenue par PME MTL Centre-Est