Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. West-Island 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, QC H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, QC H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, QC H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, QC H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, (Québec) H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, QC H1E 2Z6
    514 494-2606
Trouver votre pôle

Déborah Levy: donner la parole aux femmes investies dans la sphère économique

Rencontre-éclair | 25 mai 2018

Rencontre avec Déborah Levy. Cette entrepreneure a racheté la publication Première en affaires à parts égales avec Marie Grégoire, fondatrice de l’agence TACT Intelligence Conseil. Les deux femmes, respectivement rédactrice en chef et éditrice, veulent continuer de faire vivre le magazine axé sur « le développement économique au féminin », qui existe depuis 2007 et compte désormais 16 000 abonnés au magazine papier et sur les réseaux sociaux . 

Pourquoi avez-vous voulu sauver Première en affaires ?

Il n’existe aucun autre magazine sur les femmes dans l’économie. On veut profiter de ce canal pour donner des informations différentes, donner la parole à ces femmes, et pas seulement à celles qui occupent des postes à responsabilité. On souhaite que le magazine soit une tribune pour elles au Québec mais aussi dans la francophonie. Il n’est pas seulement question de raconter de belles histoires ; on veut aussi contribuer au débat sans avoir peur d’être polémique.

À l’heure où beaucoup font le choix d’abandonner l’impression pour se consacrer aux supports numériques, vous avez fait le choix de conserver le journal papier. Pourquoi ?

D’abord, parce qu’on aime ça et ensuite parce que faire vivre un journal papier en 2018, c’est possible ! Le défi n’est pas lié au domaine d’activité mais à la gestion. Pour y parvenir, il ne faut pas avoir la folie des grandeurs. Il faut rester petit et maîtriser nos coûts. Il y aura trois numéros par an. On travaille avec une dizaine de pigistes. On fait aussi une analyse serrée des offres des différents fournisseurs, notamment sur le plan des télécommunications, un secteur qui peut occasionner de grosses dépenses. On est cependant conscientes des défis de l’ère numérique. Nous sommes donc en train de redesigner notre site internet.

Comment votre parcours vous aide dans la réalisation de ce projet ?

J’ai appris à gérer lors de mon passage comme directrice de programmes au Forum économique international des Amériques puis en étant chargée de relations publiques à mon compte depuis 2013. J’ai également été chef de cabinet dans le gouvernement fédéral. Je peux mettre mon réseau, ma connaissance du milieu des affaires et mes compétences diverses en gestion, en rédaction, etc. au service de Première en affaires.

--

Le magazine Premières en affaires, dont l’objectif est de promouvoir l’entrepreneuriat au féminin, est soutenu par PME MTL Centre-Ville

Recevez nos contenus exclusifs par courriel