Défi d’entrepreneur | 30 août 2018

Lancer une société en design, le défi de Qini Huang, immigrante-entrepreneure

Qini Huang a créé VieLux Design International Inc. , son entreprise de conception d’éclairage, à Montréal alors qu’elle était nouvellement immigrante et parlait très peu le français. Et comme les défis ne lui font pas peur, elle s’est lancée dans un domaine d’activité encore peu développé ici.

La jeune Hongkongaise de 32 ans est arrivée au Québec il y a quatre ans pour vivre avec son mari, québécois. Elle ne parlait pas français. Elle ne connaissait pas le milieu des affaires au Québec. Elle a fait le saut dans l’inconnu. Elle a créé VieLux Design International Inc. au début de l’année 2016. Elle vise un marché international.

Lancer une entreprise lorsqu'on est immigrante nouvelle arrivante

« Lancer une entreprise, c’est toujours difficile mais comme immigrante récente, ça l’est encore plus. Je n’ai même pas ma famille proche de moi pour me soutenir », raconte Qini Huang. Le plus difficile : ne pas avoir de réseau. « Souvent, tu démarres grâce à ton réseau d’ami, la famille, tes contacts professionnels. Je n’avais pas tout ça en arrivant ici et la barrière de la langue a rendu la situation encore plus compliquée », poursuit-elle. Elle a dû tout apprendre : le français, la culture, la façon de parler aux clients. Elle prend des cours de français à l’Université de Montréal et se débrouille de mieux en mieux.

En Chine, elle a travaillé comme designer de l’éclairage pendant une dizaine d’années. « Je conçois l’utilisation des lumières naturelles et artificielles dans des bâtisses commerciales, des boutiques, des événements extérieurs, des hôtels, etc. On a besoin de lumières pour s’éclairer, créer des ambiances et attirer les clients », explique Qini Huang. C’est un métier à mi-chemin entre l’ingénierie, le design et la technologie. Le génie est en effet utile quand elle essaie de trouver une façon durable d'accrocher des luminaires en l’air sans suspension…

Développer le design de l’éclairage sur le marché canadien

Selon Qini Huang, ce domaine d’activité n’est pas encore très développé au Canada alors qu’il est « mâture aux États-Unis, en Europe, en Chine, etc. », affirme-t-elle. Le fait que la discipline soit peu connue rend la commercialisation difficile. « Comme les gens ne la connaissent pas, ils doutent de son intérêt, constate la jeune femme. Parfois, ils ont conscience des besoins mais ne savent qu’il existe des entreprises spécialisées. »

Je suis étrangère. Or, le design est basé sur l’humain. Il est donc essentiel que je comprenne ce que les gens ont dans leur tête pour créer quelque chose qui les touche !

Autre défi : « Je suis étrangère. Or, le design est basé sur l’humain. Il est donc essentiel que je comprenne ce que les gens ont dans leur tête. Je veux créer quelque chose qui les touche. » Or, la culture influe beaucoup les représentations de la beauté et façonne les émotions. À 32 ans, Qini Hang paraît plus jeune, ce qui ajoute une difficulté : « Les gens pensent que je n’ai pas assez d’expérience. »

Surmonter les difficultés de se lancer en affaires dans un nouveau pays

À terme, elle aimerait avoir une équipe constituée d’ingénieurs, de designers et de créateurs interactifs. Mais pour le moment, « l'équipe de la diversité est en train de former. Nous n'avons pas passé beaucoup de temps sur le marketing car nous voulons nous concentrer sur la qualité du service au client, nous construisons la réputation pas à pas, nous souhaitons construire une base solide ​», explique la jeune femme.

Elle a quand même déjà décroché des marchés intéressants au Québec, tel que celui d’une bibliothèque de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) et a aussi des projets en Chine. Elle commence également à attaquer le Reste du Canada. Actuellement, ses clients sont souvent des cabinets d’architecture, conscients du besoin et qui veulent travailler avec des experts pour bonifier les projets de leurs clients. Qini Huang aimerait également avoir des clients directs. D’ailleurs, pour offrir une gamme plus diversifiée, VieLux Design International Inc. propose également des services en design d’intérieur.

 Mon défi le plus grand est de surmonter la difficulté de lancer une entreprise dans un pays nouveau pour moi et dans un secteur d’activité encore peu connu.

Apprentissage intensif de la langue, recherche de clients sensibilisés à l’enjeu de son domaine d’activité et ouverts à faire appel à son expertise, visée internationale, poursuite de projets dans son pays natal. Voici les moyens que Qini Huang a trouvés pour surmonter la difficulté de lancer une entreprise dans un pays nouveau pour elle et dans un secteur d’activité encore peu connu.

Depuis, en 2018, VieLux a gagné le prix d'argent ‘A'Design’ Italie du design d'intérieur en catégorie professionnelle. VieLux a été finaliste de ‘’Les Grands Prix De La Relève d’Affaires’’(Catégorie PME OU Startup de L’année Volet Marchés Canadiens et Internationaux et a adhéré à l'association internationale des concepteurs lumière et éclairagiste (International Association of Lighting Designer​) et a été enfin finaliste de ‘’Prix Lumière’’  de IES Montreal (Illuminating Engineering Society).

-- 

VieLux Design International Inc. est soutenue par PME MTL Centre-Ouest.