Défi d’entrepreneur | 10 juillet 2018

Passer de l'idée innovante à la commercialisation de Gament Designs

Catherine Kouris conçoit des broches… qui ne font pas de trou dans les vêtements. Trouver la solution technologique au cœur de Gament Designs lui a pris du temps mais elle a réussi et a créé sa première collection. Seule dans son entreprise, elle traverse tous les caps du démarrage.

Entre l’idée et sa concrétisation, il y a eu tout un chemin. Catherine Kouris, 30 ans, a commencé en voulant personnaliser ses propres vêtements. Sans pour autant faire des trous comme c’était le cas avec les broches à l’ancienne. Elle a donc imaginé des accessoires à poser sur les vêtements. Elle a fait des essais sur ses propres vêtements et devant l’intérêt suscité à chaque fois qu’elle sortait, elle a voulu en faire son activité.

Mais une fois qu’elle a eu l’idée, il a fallu la mettre en œuvre sur le plan technique. Il ne s’agissait plus d’agrémenter ses propres vêtements mais de trouver un concept à toute épreuve pour qu’il soit commercialisable à grande échelle. Pas si simple… « Ça a pris un an et demi pour trouver le produit actuel », explique l’entrepreneure.

Mettre la R&D au service d’un bijou nouveau genre

Elle a fait de nombreux essais avec des perles, des tissus, de la dentelle. Elle a essayé de coller, coudre des aimants. « Mais c’était trop épais pour être collé, ça ne rendait pas bien », se souvient Catherine Kouris. C’est donc après que « de nombreux doigts ont été piqués et brûlés », raconte-t-elle en souriant, que la solution a été trouvée. Ce sont finalement des accessoires aimantés, imprimés en 3D. Ainsi, pas de trace et on peut les placer sur toute sa garde-robe au gré des envies.

C’est fondamental de s’entourer des personnes qui ont des expertises autres que la sienne souligne Catherine Kouris.

Seule dans l’entreprise, la jeune femme a fait des études en marketing et en management dans l’industrie du luxe. Elle a notamment travaillé chez Tiffany. Elle a réussi le processus de création de son produit grâce au partenariat avec un imprimeur 3D, situé à Mississauga. « Ce partenaire m’a permis de développer mon concept. Comme il a des ingénieurs dans son équipe, j’ai pu avoir de l’aide technique. C’est fondamental de s’entourer des personnes qui ont des expertises autres que la sienne », reconnaît la jeune femme.

Faire connaître la marque et le produit

Aujourd’hui, son défi, c’est de faire connaître la marque et le produit. La collection est en vente en ligne depuis la fin de l’année 2017.    « Mais c’est un produit qu’il faut toucher avant d’acheter. Les gens ont besoin de vérifier qu’il est léger, qu’il ne tombe pas. Maintenant, j’aimerais le distribuer dans des boutiques de cadeaux, de bijoux », explique Catherine Kouris, qui souhaiterait, un jour, ouvrir une boutique dans laquelle on pourrait imprimer son idée en 3D sur place.

Tout en démarchant les boutiques dans lesquelles elle aimerait que ses accessoires soient mis en vente, elle continue de développer sa collection. De nouveaux modèles sont attendus dans les prochains mois.

Un modèle d’entreprise léger

La jeune entrepreneure a conçu un modèle d’entreprise qui réussit, pour le moment, à fonctionner avec le seul financement de sa fondatrice et les ventes. « C’est un modèle très léger. J’attends d’avoir la commande pour demander l’impression. C’est donc très flexible et les coûts de transport ne sont pas très élevés. De plus, ce sont de petits accessoires, qui ne prennent pas beaucoup de place à stocker », indique-t-elle.

C’est grâce à ce modèle, à sa créativité mais aussi au fait d’avoir su s’entourer des bons partenaires que Gament Designs a pu voir le jour et croître.

--

Gament Designs est soutenue par PME MTL Centre-Ouest.