Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. West-Island 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, QC H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, QC H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, QC H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, QC H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, (Québec) H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, QC H1E 2Z6
    514 494-2606
Trouver votre pôle

Relever à deux les défis de l’entrepreneuriat, la recette d'Orabel

Défi d’entrepreneur | 10 juil. 2018

Myriam Zmantar et Fadhel Khal font équipe dans la vie comme à la tête de leur entreprise, Orabel. Ils sont deux pour faire front au quotidien et relever tous les défis qui se dressent devant une jeune société dans le monde du cosmétique.

L’idée leur est venue quand ils se sont mariés. « Je n’y connaissais rien en maquillage. En me renseignant sur Internet, je me suis rendu compte qu’il existait plein de produits peu chers et de bonne qualité, souvent de marques européennes, mais qu’ils n’étaient pas accessibles au Québec », se souvient Myriam Zmantar, 29 ans, bachelière en microbiologie.

Vendre en ligne au Québec des produits cosmétiques

Il n’a pas fallu longtemps pour qu’elle ait l’idée d’Orabel : vendre au Québec des produits de cosmétique accessibles, de marques non distribuées ici. Fadhel Khal, 29 ans, a embarqué tout de suite dans l’aventure. Diplômé en finance et en économie, il a déjà créé une entreprise. Le couple a des talents complémentaires.

Orabel a commencé à vendre en ligne au printemps 2016 avec 600 produits de maquillage. Des accessoires (pinceaux, éponges, etc.) ont été ajoutés par la suite. Les critères pour choisir les produits : « Des prix abordables et une bonne qualité. »

Les premières marques ont été difficiles à convaincre. « Comme ce sont de grandes marques, elles ont du succès dans leur marché local et pourraient très bien venir par elles-mêmes au Canada. De plus, on partait de zéro, raconte Fadhel Khal. Certaines ne voulaient travailler qu’avec de grosses compagnies. Nous, on n’avait même pas encore de site internet ! »

Se diversifier pour faire face à la perte (momentanée) de son fournisseur

« On a insisté » et le couple, qui avait bien analysé le marché canadien, a réussi à réunir plusieurs marques et à faire des ventes. Mais rapidement, la marque qui avait le plus de succès auprès de leurs clientes est tombée en rupture de stock, faute de capacités de production suffisantes pour faire face à la demande. « Nous avons eu une chute de 70% du chiffre d'affaires le mois suivant », lance Fadhel Khal. Les articles sont restés indisponibles pendant six mois. « On nous disait toujours que ça allait bientôt reprendre. Mais on n’était pas assez gros pour pouvoir imposer un rapport de force », reconnaît-il.

Les entrepreneurs n’ont pas eu d’autre choix que de se diversifier. Ils ont cherché du financement puis ont pris leur bâton de pèlerin pour trouver de nouvelles marques et acheter du stock. « Ça nous a permis de revoir notre stratégie à long terme pour être moins dépendants d’un seul fournisseur », poursuit-il. Orabel a alors diversifié son offre mais également ses clients. « On se tourne notamment vers les maquilleuses professionnelles qui pourraient devenir de bonnes ambassadrices de nos produits. » Aujourd’hui, l’entreprise a augmenté le nombre de marques disponibles sur son site de 30 %.

Un duo soudé pour affronter les défis de l’entrepreneuriat

Dans sa première année de vie, l’entreprise a dû faire face à une autre épreuve : Myriam a perdu son père, qui vivait dans son pays natal, la Tunisie. Elle a dû partir là-bas et se remettre de ce drame alors que l’entreprise était en plein lancement. « C’est sûr que certaines étapes de développement prévues ont dû être retardées », indique Fadhel Khal. Compréhension, soutien, le couple s’est serré les coudes.

La vie a repris son cours. Orabel a surmonté ses défis. Pour poursuivre sa croissance, elle a revu récemment son image de marque. Elle a mis en avant Myriam, qui est devenue l’image de l’entreprise. « Avant, on avait axé notre image autour du produit. Maintenant, c’est autour de Myriam et du produit. Ça rend la marque plus crédible et plus proche de ses clientes », explique Fadhel Khal.

Pour faire face à tous ces défis et savoir comment les surmonter, les deux entrepreneurs se sont entourés de conseils, de mentors. La force du couple est aussi un atout, selon eux. Ils s’épaulent, se complètent et affrontent ensemble les défis de l’entrepreneuriat.

--

Orabel est soutenue par PME MTL Centre-Ouest.

Recevez nos contenus exclusifs par courriel