Ouvrir les portes de son entreprise à temps

Défi d’entrepreneur | 6 juin 2017

Tout faire pour respecter l'échéancier! 

Danseuse, chorégraphe… et entrepreneure. Geneviève Bolla a ouvert une salle de cours de Pilates avec son associée il y a un an, Studio Set. La dernière ligne droite avant l’ouverture a été un parcours de sauts d’obstacle.

Geneviève Bolla, 31 ans, courait entre ses répétitions de danse et plusieurs studios pour donner ses cours de Pilates, en complément de son activité de danseuse. Miriah Brennan aussi. Les deux jeunes femmes ont décidé de se poser et de créer leur propre studio, sur le Plateau Mont-Royal.

Fonder une entreprise à son image

À Studio Set, elles donnent des cours de Pilates privés et en groupe sur machines ainsi que des cours de barre fitness. Mais elles le font à leur façon. « Le Pilates est souvent vu comme une activité rude. On s’est rendu compte qu’il y avait un manque de cours plus amusants, plus légers sur le marché », explique Geneviève Bolla, qui s’attache à faire des entraînements nouveaux très régulièrement.

Un an après l’ouverture, « nos attentes ont été multipliées par quatre », se réjouit Geneviève Bolla. Le studio, qui offre une trentaine de cours, a accueilli 250 à 300 personnes depuis sa création et compte cinq employés, des enseignants qui donnent les cours avec les fondatrices. L’accueil est assuré par de jeunes danseurs qui travaillent une matinée par semaine en échange de cours gratuits.

Le plus grand défi qu’on a traversé jusqu’à présent a été d’ouvrir à la date fixée !

Se fixer des objectifs ambitieux 

Les deux associées voulaient absolument ouvrir leur studio avant la période estivale et le départ des Montréalais en vacances. Mais tout s’est accéléré et « le plus grand défi qu’on a traversé jusqu’à présent a été d’ouvrir à la date fixée ! », reconnaît Geneviève Bolla, qui se souvient d’une période de « grosse pression ».

Trouver les financements, le local, commander les machines et ensuite, coordonner le tout pour respecter les échéances. Un sacré casse-tête. Et comme si ça ne suffisait pas, les deux fondatrices dansaient, dans la même période, au Festival TransAmériques. « On avait cinq heures de répétition par jour et on était au studio pour tout préparer tôt le matin et le soir ! », raconte l’entrepreneure.

Le local, un défi à part entière

D’abord, il a fallu trouver un local. Mais le plus difficile n’a pas été de le dénicher, rue Laurier, mais bien de négocier le bail. « Dans ce quartier, proche du Mile-End, les loyers sont très élevés. La négociation avec le propriétaire a été longue », relate la jeune femme. Pas habituées à ce genre de tâches, les deux associées se sont fait aider par un spécialiste du secteur immobilier qu’elles avaient dans leur réseau.

Pour l’aménagement du studio aussi, elles ont reçu l’aide d’une designer d’intérieur, trouvée dans leur réseau. Sans financement au début, elles ont passé des ententes avec leurs partenaires pour échanger leur collaboration contre plusieurs semaines d’entraînement gratuit.

Heureusement, les rénovations nécessaires dans le local étaient mineures. Mais au moment de la livraison des huit machines très pesantes, elles étaient cinq filles à faire le ménage dans le studio après les rénovations. Le livreur est arrivé seul et sans prévenir quelques minutes seulement avant le départ des deux associées pour leurs répétitions du spectacle du Festival TransAmériques. C’est là qu’elles se sont « rendu compte que les machines ne passaient pas dans l’ascenseur, se souvient Geneviève Bolla. On s’y est toute mises pour monter les appareils sinon, le livreur repartait avec et on ne pouvait pas ouvrir le jour prévu ! »

Le financement, un autre obstacle

Au début de leur projet, les deux jeunes femmes avaient prévu avoir besoin d’un budget de 65 000 $ pour démarrer leur studio. Elles ont chacune mis une partie de la somme de leur poche et ont bénéficié de bourses et de prêts divers pour le reste. Si la ronde de financement était bouclée bien avant le lancement du studio, les fonds ont mis du temps à arriver. « On ne pouvait vraiment pas retarder l’ouverture de Studio Set, indique Geneviève Bolla. On a attendu le dernier moment mais l’argent n’arrivant toujours pas, on a dû mettre en place notre plan B et demander des prêts à nos parents respectifs. On voulait l’éviter mais on n’a pas eu le choix. Heureusement, ils nous soutiennent dans notre projet ! » Finalement, l’argent est arrivé peu de temps après l’ouverture.

Les deux jeunes femmes ont réussi leur pari et ont ouvert leur studio à temps après une course effrénée de plusieurs mois. Ce qui les a aidées dans ce marathon, c’est leur détermination mais aussi l’aide qu’elles ont su trouver auprès d’experts partenaires.

--
Studio Set est soutenue par PME MTL Centre-Ville