Exporter en temps de COVID-19

Parole d’expert! | 14 juil. 2020

Depuis le début du printemps 2020, des changements majeurs bouleversent pratiquement toutes les industries. La COVID-19 a modifié nos habitudes, nos possibilités de déplacement et même notre façon de consommer, ce qui entraîne nécessairement des conséquences sur les entreprises. Dans cet article, nous tenterons d’analyser spécifiquement les répercussions de la pandémie sur les entreprises québécoises exportatrices. 

Un contexte favorable pour certains joueurs

D’emblée, il serait facile d’imaginer que l’arrivée inattendue du coronavirus n’ait profité à personne dans le secteur entrepreneurial. C’est faux : certaines industries ont été favorisées par le contexte et la demande générée par la pandémie. Au sommet de la liste se trouvent évidemment les fournisseurs de matériel et de services médicaux, mais on voit aussi une croissance des exportations chez les entreprises de transformation alimentaire et de vente au détail, et bien sûr, avec l’essor du télétravail, on assiste à un accroissement de la demande pour les biens et services de technologies de l’information et de la communication. Malheureusement, d’autres industries ont été beaucoup plus durement touchées — on peut notamment penser au tourisme et à l’aéronautique.

Savoir s’adapter

Que votre industrie soit très affectée ou peu touchée par la pandémie, il n’en demeure pas moins que pour continuer à assurer une expansion commerciale hors Québec, mieux vaut avoir une bonne capacité d’adaptation et d’innovation. D’abord, comme les voyages et le développement des affaires sont largement compromis par les restrictions aériennes, les experts en développement de marchés de PME MTL recommandent à leurs clients de développer des compétences de e-vendeurs ou d’externaliser certaines activités commerciales à des partenaires qui seraient déjà sur le terrain, dans leurs différents territoires d’exportation. La sous-traitance est un outil de commercialisation approprié lorsque la distance physique devient problématique, comme c’est le cas actuellement. 

Les entreprises québécoises, toutes industries confondues, ont également intérêt à développer leur stratégie numérique. La province accuse un certain décalage sur ce point par rapport aux autres pays industrialisés, mais il n’est pas trop tard : c’est maintenant le moment de redoubler d’efforts à cet égard pour internationaliser nos entreprises. Que cette stratégie passe par les médias sociaux, l’actualisation de son site Web, la diffusion de webinaires, l’utilisation de Shopify ou de bien d’autres plateformes encore, les occasions sont vastes et nos entrepreneurs se doivent d’y réfléchir pour tirer leur épingle du jeu en 2020. 

Profiter des opportunités

Grâce aux traités commerciaux signés dans les dernières années, le Canada connaît de belles occasions sur les marchés internationaux. Avec l’ACEUM sur le point d’entrer en vigueur en Amérique du Nord, l’AECG qui nous donne un accès direct à l’Europe ainsi que le PTPGP qui ouvre la porte de plusieurs pays sur la façade pacifique, les exportateurs québécois sont actuellement en bonne posture pour faire rayonner leur offre partout dans le monde. Les tensions commerciales qui s’accentuent entre les États-Unis et la Chine pourraient aussi nous être avantageuses, puisque nos voisins du Sud chercheront sans doute à remplacer plusieurs de leurs fournisseurs chinois.

De plus, les subventions à l’export ne sont pas à négliger pour les exportateurs québécois : elles sont toujours disponibles et ont été bonifiées de façon à tenir compte de la nouvelle réalité, notamment en ce qui a trait à la stratégie numérique et à la nécessité de pouvoir traiter les demandes plus rapidement. L’équipe de développement des marchés de PME MTL accompagne d’ailleurs les entreprises qui le souhaitent dans ces demandes et les aident à bien les structurer.

Nos experts peuvent soutenir les exportateurs dans la réflexion, la révision et l’outillage de leur plan de développement d’affaires internationales à distance :

  • études de marché,
  • stratégies d’entrée,
  • identification de prospects et plan tactiques internationaux.

Bien sûr, la COVID-19 est une grande épreuve pour bon nombre d’entre nous, mais rien n’est perdu : en s’ouvrant aux changements et à l’innovation, même lorsque nos ressources sont limitées, l’adversité nous amène parfois des occasions étonnantes. Avec une solide dose de confiance, des efforts acharnés (et peut-être un peu d’aide de quelques experts), parions qu’on verra plusieurs exportateurs québécois s’illustrer très bientôt sur la scène internationale, pandémie ou pas.

--

Cet article a été écrit avec la collaboration d’Ada Panduro, directrice de développement de marchés à PME MTL.

Recevez nos contenus exclusifs par courriel