Relever le défi de la rétention des employés

Défi d’entrepreneur | 19 oct. 2021

La rétention du personnel est le grand enjeu des employeurs actuellement. Comment faire en sorte que vos employés aiment travailler pour vous ? Voici des pratiques qui peuvent faire une différence.

En  2021, le mot-clé pour tout bon gestionnaire devrait être bienveillance, lance d’emblée Marie-Claude Dauray, directrice générale de PME MTL Grand Sud-Ouest. « Les employés recherchent un environnement de travail sain qui offre de la flexibilité et veulent conserver les acquis du télétravail, dit-elle. Ils vivent encore plus ou moins d’anxiété à cause de l’incertitude causée par la pandémie et de la fatigue s’est accumulée chez certains d’entre eux. C’est donc important de les sonder régulièrement sur ce qui va bien et aussi moins bien. Mais ce n’est pas tout de demander leur avis, il faut aussi les écouter et apporter des ajustements au besoin. »

Une culture d’entreprise forte qui se traduit par des actions concrètes au quotidien est aussi importante. « Les jeunes générations ne travaillent pas que pour le salaire, explique Patrick Deraspe-Dion, coordonnateur, Recrutement et ressources humaines chez PME MTL Grand Sud-Ouest. Ils sont attirés par des entreprises qui rejoignent leurs valeurs, qui changent les choses. Les employeurs qui ont du succès dans la rétention sont ceux qui mettent beaucoup d’effort à faire vivre la culture organisationnelle. Ils donnent un sens au travail. »

Des valeurs fortes

Michael Domingue, copropriétaire du Groupe Cheers ne saurait mieux dire. Il est rare que son entreprise voie partir de ses employés. Elle œuvre pourtant dans un domaine où les enjeux de main-d’œuvre sont criants : la restauration et les bars. Quel est donc son secret ?

Le Groupe Cheers, qui emploie 185 personnes au plus fort de l’été, met de l’avant des valeurs d’entreprise qui séduisent les jeunes générations fortement représentées au sein des employés. « Par exemple, on privilégie un circuit de distribution court pour les produits alimentaires, explique Michael Domingue. On est très proche des producteurs avec qui on fait affaire. Un élément qui plait aux jeunes chefs qui nous choisissent pour cette raison. »

Exprimer les valeurs de l’entreprise, c’est une chose, les incarner en est une autre. Les employés ne seront pas dupes si les bottines ne suivent pas les babines. « Créer notre propre chaîne de distribution exige du temps et de l’argent. Il faut aller à la rencontre des producteurs et développer une relation d’affaires équitable. Cela représente des efforts qui sont toutefois payants au bout du compte », explique Michael Domingue, qui est fier d’avoir vu revenir la majorité de ses employés à la réouverture des bars et restaurants.

Avantages sociaux et possibilités d’avancement

Mais ce n’est pas tout : les occasions d’emplois sont nombreuses et variées au sein du Groupe Cheers, qui comprend plusieurs restaurants, des bars, dont le Palco et le Paname, qui ouvrira ses portes début  2022 à Verdun, trois épiceries ton-quartier (des marchés de produits locaux) ainsi qu’une centrale de production qui dessert les établissements du groupe.

« C’est une autre de nos forces : on offre de nombreuses possibilités d’avancement, affirme Michael Domingue. Les employés peuvent grandir avec nous. » Postes à temps plein — ce qui est rare en restauration —, salaires supérieurs à la moyenne, avantages sociaux sont d’autres facteurs qui contribuent à offrir des conditions de travail attractives.

« Dans un marché compétitif, le salaire est un incitatif important, mais il faut aussi créer une cohésion au sein de l’équipe, rappelle Patrick Deraspe-Dion. En télétravail, tout le monde s’ennuie des conversations autour de la machine à café. Il faut instaurer des moments où les employés peuvent se regrouper dans un autre contexte que le travail que ce soit lors de 5@7 ou d’une activité sportive pour socialiser. »

« Il faut aussi garder à l’esprit qu’il est plus difficile pour un employé de quitter son équipe que son employeur, abonde Marie-Claude Dauray. D’où l’intérêt d’entretenir la cohésion de groupe. »

Tester de nouvelles recettes

Favoriser la rétention, c’est aussi savoir poser des gestes innovants pour ses employés. Malgré les difficultés de recrutement actuelles, Anie Rouleau, présidente fondatrice de The Unscented Company, ne s’empêche pas d’aller de l’avant pour leur offrir un cadre de travail agréable et stimulant.

La dirigeante envisage par exemple la mise à l’essai de la semaine de quatre jours. Actuellement, un seul employé profite de cet horaire qui pourrait être étendu à toute l’équipe. Elle examine également la possibilité de mettre en place un programme de référencement pour encourager les employés à recommander des candidatures. « Il faut essayer des choses pour trouver la recette qui fonctionne. Il y a toutefois des compromis que je ne suis pas prête à faire comme créer un déséquilibre dans l’échelle salariale », explique Anie Rouleau, qui a dû se résoudre à accepter la démission de deux employés ayant trouvé un emploi mieux payé pour quelques dollars l’heure de plus. Cela démontre à quel point le marché de l’emploi est tendu.

« Pour recruter, les entreprises devraient peut-être s’inspirer du modèle de repêchage dans la Ligue nationale de hockey, suggère Patrick Deraspe-Dion. Les équipes recrutent de jeunes talents en vue de construire pour l’avenir. Développer sa main-d’œuvre, c’est aussi une bonne façon de la fidéliser. »

5 conseils pratico-pratiques

Par Marie-Claude Dauray, directrice générale de PME MTL Grand Sud-Ouest

« Je n’ai pas toutes les réponses à tous les enjeux et la gestion n’est pas une science exacte. Je partage simplement ici quelques idées que je pense gagnantes et faciles à mettre en œuvre :

1. Miser sur un leadership communicationnel

La nouvelle génération a besoin qu’on lui explique les choses, veut comprendre et être près de son gestionnaire. Ces employés veulent aussi des processus, ils sont très exigeants. Ils doivent avoir les bons outils de travail, de la flexibilité, de la valorisation, de l’autonomie, car ils veulent s’épanouir et gravir les échelons. Ils veulent faire partie de la solution.

2. Se renseigner et lire beaucoup sur ce nouveau monde du travail

Car tout est en train de changer ! L’organisation d’avant la pandémie n’existe plus, il faut la repenser. Les employés ne veulent pas perdre les acquis du télétravail par exemple, surtout la flexibilité qu’il leur offre. Beaucoup d’employeurs ont décidé de travailler sur une politique de travail dans un mode hybride, donc en télétravail et en présentiel, en donnant aussi envie aux employés de venir au travail pour favoriser la collaboration et conserver une culture d’entreprise. Il faut absolument que les gestionnaires évoluent sur la gestion du travail et qu’ils ne reviennent pas sur leurs méthodes d’avant la COVID-19.

3. Demander leur avis aux employés

Il faut consulter et écouter ses employés. Cela peut passer par la mise en place de comités consultatifs ou l’organisation de sondages par exemple. Pour toute la question du télétravail notamment, on peut leur proposer un sondage afin de mesurer le degré de confort à la maison et le niveau de bonheur. Il faut absolument ne pas laisser les employés dans le flou, répondre à leurs questions et leur montrer qu’on a envie de les écouter.

4. Ne pas s’en mettre trop sur les épaules

Des gens vont partir, pour plein de raisons, et il faut l’accepter humblement. Faire de son mieux, écouter, sentir et accepter qu’on n’est pas parfait et que ceux qui partent, le font pour de bonnes raisons. Il faut juste en être conscient. Les meilleurs leaders perdent aussi des gens en ce moment.

5. Leader avec le cœur

Les travailleurs s’attendent à un leadership de cœur en ce moment. J’ai pu observer des signes de détresse pendant la pandémie et il faut absolument être empathique et essayer de comprendre la situation de chacun. Pour les parents par exemple, notamment ceux avec de jeunes enfants, ça été une période très difficile, car il a fallu gérer beaucoup de choses en même temps. Chaque employé a besoin d’un environnement sain et stimulant, mais qui est flexible face aux réalités qu’il vit en ce moment. »

_

À lire aussi

5 solutions à vos défis de recrutement

Boîte à outils : Gestion des ressources humaines en entreprise

Parler vaccin sans se fâcher

Recevez nos contenus exclusifs par courriel