Défi d’entrepreneur | 18 juin 2018

De la production artisanale à la production commerciale : le défi d'Evive Smoothie

Claudia Poulin et Dominic Dubé n’avaient pas idée que leurs petits cubes glacés gagneraient un jour la Colombie-Britannique lorsqu’ils ont démarré Evive Smoothie en 2015. Et pourtant, c’est le jalon qu’ils viennent d’atteindre. Récit d’un projet artisanal catapulté au rang de petite entreprise en l’espace de quelques mois.

Mars 2015. Dans la cuisine de leur appartement, Claudia Poulin et de Dominic Dubé concoctent des mélanges de petits fruits et de grains qu’ils passent au malaxeur avant de les congeler. L’astuce leur permet de gagner un temps précieux chaque matin. Une fois incorporés à du lait ou du jus, les petits cubes de glace transforment instantanément tout mélange en "smoothie"!

« L’idée nous est venue en observant comment notre colocataire ne prenait pas le temps de déjeuner, explique Dominic Dubé. On s’est dit qu’on pourrait aider des gens comme lui à manger le matin en proposant des mélanges congelés pour "smoothies". »

Dans le temps, on avait de la misère à fournir la ville de Sherbrooke, se souvient en riant Dominic Dubé. Maintenant, on a ce qu’il faut pour desservir le Canada en entier. 

L’idée est bonne, et le couple en est bien conscient. Bientôt, il en fait profiter ses amis, puis d’autres personnes autour de lui. Une page Facebook, un site Web et une publicité dans le journal plus tard, c’est tout Sherbrooke qui s’intéresse à Evive.

Adapter sa capacité de production quand la cadence s'accélère 

Les glaçons de la petite entreprise trouvent progressivement leur place dans les congélateurs des épiciers du coin. Nait toutefois un défi de taille : il fallait alimenter la bête.

« On a fini par louer un petit local à 200 dollars par mois, relate Dominic Dubé. J’ai installé 4 malaxeurs sur un comptoir, et je passais des heures à préparer mes mélanges. Ça faisait l’affaire au début, mais lorsqu’on en est venu à vendre une trentaine d’emballages par semaine, ça ne fonctionnait plus du tout », ajoute-t-il.

Passer de la production artisanale à la production commerciale

Personne ne préparait alors de cubes de fruits glacés comme ceux d’Evive. Trouver les outils nécessaires à leur confection à grande échelle constituait donc un défi. Le duo a mis un certain temps à trouver une solution.

« On a essayé un paquet d’affaires, se souvient en souriant Dominic Dubé. Mais il y avait toujours de petits problèmes, soit au niveau de la préparation de la purée ou du moulage. »

Le couple finit par approcher un manufacturier industriel qui leur propose un appareil taillé sur mesure pour répondre à leurx besoins de production. Quelques essais, et 15 000 dollars plus tard, un dur constat s’est toutefois imposé : il faudrait trouver une autre stratégie.

C’est finalement par un détour dans un incubateur d’entreprises agroalimentaires de Saint-Hyacinthe que Dominic Dubé identifie les éléments d’un procédé gagnant.

« J’ai pu tester plusieurs outils différents sur place, dit-il. En tout, ça nous aura pris un an pour perfectionner le procédé. »

Trouver un distributeur pour approvisionner une clientèle croissante

Evive déménage finalement son projet dans le sud-ouest de Montréal en 2016. Dominic Dubé en profite pour signer un contrat avec un premier distributeur. La période où il devait livrer en voiture ses produits directement dans les épiceries est désormais terminée.

« Et c’est à partir de ce moment-là que ça a vraiment décollé », ajoute-t-il.

De 20 épiceries, l’entreprise dépasse rapidement le cap des 350 points de vente au Québec. Sa production, passée à 1 000 emballages par jour, lui permet d’approvisionner tout ce beau monde sans problème. Même qu’elle peut s’en permettre plus.

Commercialiser son produit pour desservir l'ensemble du Canada

Evive vient d’ailleurs de poser le pied en Ontario et en Colombie-Britannique.

« Dans le temps, on avait de la misère à fournir la ville de Sherbrooke, se souvient en riant Dominic Dubé. Maintenant, on a ce qu’il faut pour desservir le Canada en entier. »

S’il rit de l’histoire aujourd’hui, le cofondateur d’Evive sait tout de même qu’il aurait pu atteindre à ce jalon de production plus rapidement. « Si j'avais tout à recommencer, j’approcherais une firme spécialisée dans l’alimentation, explique-t-il, et je pairerais le gros prix pour qu’elle nous aide à développer notre procédé. »

Ceci dit, les affaires vont bien pour Evive qui prévoit gagner l’ensemble des provinces canadiennes en 2018.

Evive Smoothie en bref

  • Cofondateurs : Claudia Poulin et Dominic Dubé
  • Année de fondation : 2015
  • Nombre d’employés : 15

--

Depuis son implantation à Montréal, Evive Smoothie est soutenue par PME MTL Grand Sud-Ouest