Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. Ouest-de-l'Île 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, Québec, H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, Québec, H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, Québec, H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, Québec, H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, Québec, H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, Québec, H1E 2Z6
    514 494-2606
Trouver votre pôle

Conseils pratiques pour les agriculteurs urbains de demain

Montréal est devenue au fil des années une ville très prisée et reconnue au niveau mondial pour l'agriculture urbaine commerciale. Dans la métropole, certains arrondissements se démarquent, comme Ahuntsic-Cartierville et Saint-Laurent, où le nombre de fermes urbaines a connu une croissance exponentielle ces dernières années. 

Ce type d’agriculture offre de nombreuses opportunités, mais sa mise en place nécessite une préparation minutieuse et une compréhension approfondie des défis et des avantages associés à ce type d'entreprise. De nombreux conseils pour les agriculteurs en devenir ont récemment été listés dans un guide pratique, publié par le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB). Voici quelques éléments clés. 

Phase de préparation 

Comme dans tout projet entrepreneurial, l’étape de la préparation est primordiale. Il faut donc prendre en compte : 

  • L'évaluation du type de culture (projet sur toit, en intérieur, au sol). 
  • Le type de bâtiment souhaité (neuf, existant). 
  • La création d'un plan d'affaires solide comprenant un budget détaillé. 
  • La forme juridique choisie (entreprise individuelle, société par actions, personne morale, sans but lucratif, coopérative). 
  • La création des numéros d’identification ministériels (NIM) bénéficiaire et exploitant agricole. Note : pour avoir son NIM exploitant agricole, l’entreprise doit avoir son certificat d’occupation. 
  • L’obtention des certifications ou labels pertinents pour votre agriculture (ex. Aliments du Québec, Québec bio, ou encore la Certification et label Agriculture Biologique au Canada - Ecocert). 

Le financement 

Il y a plusieurs sources de financements pour les entreprises d’agriculture urbaine commerciale, la plupart étant listées dans la boîte à outils AGRO démarrage. Depuis plusieurs années, PME MTL Centre-Ouest accompagne et finance également des entreprises du secteur de l’agriculture urbaine commerciale sur son territoire. Découvrez les financements disponibles avec PME MTL Centre-Ouest. 

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) recommande aux entreprises d'agriculture urbaine commerciale de disposer d'une importante mise de fonds pour leur projet avant de chercher des financements, afin de ne pas dépendre uniquement des subventions disponibles. 

« Les financements servent de levier pour les agriculteurs urbains, mais ils devraient également chercher à assurer la viabilité de leur projet. Cela peut passer par les spécificités de leur(s) produit(s), la stratégie de commercialisation mais aussi par la diversification des revenus en revalorisant les pertes par exemple. »

- Kurt Houghton, directeur services-conseils et financement, PME MTL Centre-Ouest. 

L’emplacement 

Pour une entreprise d’agriculture urbaine, avoir une bonne connaissance de ses besoins techniques simplifie la recherche d'un espace plus adapté à sa production. Il faut également prendre en compte les éléments suivants : 

  • L’environnement : la qualité du sol, l’ensoleillement, le taux d’humidité, le facteur éolien, qui peuvent avoir un impact direct sur la production agricole. 
  • Le budget : le coût du loyer et les travaux potentiels à réaliser pour aménager l’espace, afin que l’entreprise soit viable. 
  • Les réglementations en vigueur, en se rapprochant dans un premier temps de son arrondissement ou de sa municipalité. 
  • L’accessibilité, notamment si vous souhaitez être à une distance maximale de vos clients et fournisseurs. 

Une fois que tous ces éléments sont validés, il faut discuter de l’entente d’occupation avec le propriétaire. Il existe différents types de bail :  

  • Un partenariat : le bailleur et le locataire bénéficient du projet à différents niveaux, établis dans l’entente. Le loyer est souvent symbolique. 
  • Une entente de services : dans ce cas de figure, il n’y a souvent pas de loyer et l’entreprise agricole peut, selon l’entente, donner des paniers aux employés ou fournir le restaurant du bâtiment par exemple. 
  • Un bail commercial : c’est l’entente la plus traditionnelle. Pour être viable, et en prenant en compte que les espaces dédiés à l’agriculture urbaine sont souvent des espaces vacants ou inutilisés, les loyers devraient être inférieurs à des loyers d’habitation ou commerciaux. 

Pour plus de conseils, vous pouvez vous référer au guide pratique du Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB), au site MontréalCulteurs, ou nous contacter.   

Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. Ouest-de-l'Île 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, Québec, H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, Québec, H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, Québec, H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, Québec, H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, Québec, H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, Québec, H1E 2Z6
    514 494-2606