Défi d’entrepreneur | 5 décembre 2017

Une entreprise, deux patrons : entre complémentarité et compromis

Gérer une entreprise à deux : comment y arriver?

Aymeric Mignot et Marianne Head ont fondé Corpobids, une entreprise qui donne un accès facilité à différents lieux aux organisateurs d’événements. Si d’être à deux à la tête d’une startup est un atout, c’est aussi tout un défi de travailler à plusieurs.

Les deux fondateurs et dirigeants de Corpobids viennent de l’hôtellerie. Ils connaissent bien les acteurs et les enjeux du milieu. Avec l’expérience, ils se sont aperçus que trouver une salle dans un hôtel pour organiser un événement d’entreprise n’était pas toujours facile et que les tarifs n’étaient pas systématiquement transparents.

En 2012, ils ont décidé d’occuper la niche en créant leur propre plateforme. Elle répertorie les endroits où organiser un événement. « On a mis en place une procédure simple et rapide de recherche et de réservation avec des prix clairs », explique Aymeric Mignot. Auparavant, les organisateurs devaient envoyer des courriels à chaque établissement pour connaître leurs disponibilités, leurs prix, leur offre, la configuration des salles, etc. Désormais, tout –ou presque- figure sur le site de Corpobids qui présente 1500 hôtels dans le monde. Le service est gratuit pour les clients (les entreprises organisatrices), qui sont aujourd’hui au nombre de 45. Les hôtels paient une commission sur la transaction.

L’activité se trouve essentiellement au Canada. Corpobids, qui compte sept employés, voudrait l’accroître en Europe, notamment en France et en Suisse où elle est en croissance mais aussi aux États-Unis, en Amérique du Sud, où l’entreprise est déjà un peu présente. Corpobids veut aussi conquérir des marchés en Asie, où elle n’a pas encore d’offre. « Notre ambition, c’est d’être dans le monde entier », lance Marianne Head. Une nouvelle version du site comprenant encore plus de détails pour visualiser les lieux avant de réserver sera lancée cette année. Des plans des salles, des vidéos et des photos seront ajoutés.

Mettre en place des habitudes de communication

Si l’idée du projet vient des deux fondateurs, Aymeric Mignot a rejoint Corpobids à temps plein en 2014, année du « vrai démarrage avec les premiers gros clients », précise Marianne Head. « Le fait d’être deux fondateurs est une chance car nous avons des compétences complémentaires », reconnaît Marianne Head. Deux personnes, c’est aussi deux approches : Marianne est plus « raisonnée » alors qu’Aymeric multiplie les idées. L’entreprise a besoin des deux. Mais c’est nécessaire que le second pousse l’autre hors de sa zone de confort pendant que la première réfrène certaines idées d’Aymeric « qui pourraient mener l’entreprise sur une fausse route », reconnaît-il lui-même.

Marianne Head et Aymeric Mignot

Mais diriger à deux présente aussi son lot de défis. Des défis accentués par le stress inhérent à la vie d’entrepreneur et la difficile conciliation travail-famille. « Il faut mettre son ego de côté, faire preuve d’humilité », reconnaît Aymeric Mignot. Les épreuves sont légion.

Il faut s’entendre sur la vision alors que les options de développement sont nombreuses : choisir de faire de la consultation ou focaliser plutôt sur la technologie, prendre un local ou non, rester au Canada ou viser le monde, etc. Le plus important, c’est la communication. « Il faut beaucoup parler pour vérifier qu’on a toujours la même vision de la compagnie », insiste Marianne Head. « On aurait pu décider de travailler de la maison mais on a préféré s’installer dans un local en centre-ville avec l’équipe et on a placé nos bureaux face à face », poursuit-elle. Ils se font relire des courriels sensibles pour s’assurer d’avoir le bon ton, se consultent pour les décisions à prendre, etc.

Ne pas se laisser subermerger par le stress

Autre défi : tandis que Corpobids est principalement une plateforme numérique, les deux fondateurs, professionnels de l’hôtellerie, n’avaient pas de compétences particulières en technologie. Ils ont fait appel à une entreprise spécialisée mais ils n’hésitent pas non plus à recourir à des stagiaires des universités pour les épauler dans le domaine comme dans d’autres d’ailleurs.

Le financement et la trésorerie d’une jeune entreprise sont également toujours un enjeu. Avant d’obtenir des ventes, des bourses et des prêts, les deux fondateurs ont régulièrement dû injecter de l’argent personnel pour payer les diverses dépenses de l’entreprise notamment pour la création du site. Aujourd’hui, ils traversent encore une période délicate : celle de la gestion de la croissance.

Le fait d’être deux fondateurs est une chance car nous avons des compétences complémentaires

Mais quoi qu’il arrive, la bonne relation entre les deux dirigeants est fondamentale pour la bonne marche de l’entreprise. Car « on a toujours des tas de problèmes dans une compagnie », observe Aymeric Mignot. Il se souvient qu’au moment même où ils ont signé leur premier gros contrat, ils ont reçu une mise en demeure par un hôtel car l’industrie voyait parfois dans Corpobids « une menace », se souvient Aymeric Mignot. Finalement, l’affaire n’est pas allée plus loin. Mais l’angoisse a été forte, ce qui pèse forcément sur le tempérament et donc les relations au sein de l'équipe de dirigeants. C’est là que les habitudes de communication entre les deux personnes sont mises à l’épreuve. Et c’est là que, dans le cas de Corpobids, elles ont montré leur solidité.

--
Corpobids est soutenue est PME MTL Centre-Ville