CO7 Technologies : bâtir sur des actifs existants

Défi d’entrepreneur | 21 nov. 2021

Flairant une occasion d’affaires, deux partenaires ont fondé leur entreprise en achetant l’actif et les propriétés intellectuelles de produits destinés aux réseaux électriques dans lesquels ils croyaient depuis longtemps. L’équipe de PME MTL a été la première à les épauler, générant ensuite un effet d’entraînement chez d’autres partenaires financiers.

Alors qu’il était le directeur du marketing et de l’ingénierie de la division Énergie Canada de Schneider Electric, Christian Cossette a souvent tenté de convaincre les décideurs d’investir davantage dans les solutions de commutation, de protection et de contrôle utilisées en distribution d’énergie résidentielle et commerciale. Toutefois, la multinationale française souhaitait mettre ses efforts ailleurs, jusqu’au point de délaisser complètement ce créneau.

Il a donc créé, avec François Laurence, CO7 Technologies afin d’acquérir les actifs et les propriétés intellectuelles de trois gammes de produits de Schneider : les coupe-circuits à fusible (connus sous le nom Securupt), les disjoncteurs à vide intérieur et extérieur de type Doghouse et les disjoncteurs extérieurs de type Dead Tank. Ces produits font partie des éléments essentiels des réseaux électriques qui alimentent les foyers et les entreprises. 

Un effet boule de neige

PME MTL West-Island a joué un rôle déterminant dans la concrétisation de cette occasion d’affaires. « C’est grâce à son équipe si le tout a pu se réaliser, explique Christian Cossette. Le financement nécessaire dépassait trois millions de dollars. Or, dès qu’ils ont vu que PME MTL nous soutenait, d’autres joueurs comme la RBC ont décidé de se joindre au projet, rassurés par la présence d’un tel partenaire. »

Ladite présence a aussi pris une importance insoupçonnée au moment où Christian Cossette a scellé l’acquisition de Schneider en mars 2020… quelques jours avant le déclenchement de la pandémie. « Les fonds ont alors été gelés chez plusieurs bailleurs. Là encore, PME MTL nous a épaulés à une étape cruciale. »

Parce que le Québec est universellement reconnu en matière d’hydro-électricité, plusieurs marchés seront rassurés de recevoir des coupe-circuits fabriqués ici plutôt qu’outre-mer.

Les prêts combinés consentis à la jeune pousse ont atteint 300 000 $. Il faut dire que les deux entrepreuneurs jouissaient de certains arguments, car le coupe-circuit Securupt, entre autres, fait ses preuves sur le réseau électrique québécois depuis près de 30 ans. « CO7 a aussi bénéficié dès sa naissance d’une réputation favorable de par la notoriété de son dirigeant principal dans l’industrie, ses liens d’affaires avec Hydro-Québec (son plus important client), les contrats lucratifs inclus dans la transaction, etc. », indique Benoit Guillemette, commissaire industriel et en démarrage d’entreprises de PME MTL West-Island.

Un avenir prometteur

C’est donc sans surprise que PME MTL a octroyé en octobre dernier un nouveau financement à l’entreprise dans le cadre d’un projet de développement de coupe-circuits en polymère. « Traditionnellement, de tels produits utilisent de la céramique pour des climats comme le nôtre, explique Christian Cossette. Toutefois, puisque la majorité des utilisateurs en amérique du nord ont migré vers des solutions en polymère, nous désirons y offrir dès le premier trimestre de 2022 un coupe-circuit moins coûteux, mais tout aussi fiable et sécuritaire. »

Sur le plan des exportations, parce que le Québec est universellement reconnu en matière d’hydro-électricité, plusieurs marchés seront rassurés de recevoir désormais des coupe-circuits fabriqués ici plutôt qu’outre mer, ajoute Benoit Guillemette. « En plus, dit-il, comme il s’agit de produits de qualité et hautement résistants, ils s’inscrivent dans une logique de développement durable. Enfin, sur le plan économique, cela fait travailler des gens de chez nous. »

En effet, dès que la transaction fut conclue en mars, tout l’actif lié aux trois gammes de produits concernés, y compris l’équipement de production de deux usines de Schneider à Brossard et à Regensburg (en Allemagne), a été déplacé vers les bureaux de CO7 dans l’ouest de Montréal.

Grandir dans le monde

PME MTL soutient CO7 dans ses démarches de croissance hors du Québec, par exemple par la mise en contact avec des consultants internationaux ou avec des membres de consulats.

Ces produits de qualité et hautement résistants s’inscrivent dans une logique de développement durable, et sur le plan économique, cela fait travailler des gens de chez nous.

« Nous sommes extrêmement contents de l’aide que nous apporte PME MTL à ce chapitre, d’autant plus que 95 % de notre croissance passe par l’international. Or, non seulement ses spécialistes nous ont ouvert une quantité exceptionnelle de portes sur le monde entier, mais en plus, ils nous ont fait connaître des programmes d’exportation. », souligne Christian Cossette.

Signe révélateur que les efforts rapportent déjà, CO7 prévoit doubler son chiffre d’affaires l’an prochain, puis atteindre les 40 millions $ dans les deux ou trois prochaines années. Par conséquent, son effectif devrait lui aussi croître de manière impressionnante au cours de la même période, passant d’une quarantaine d’employés à 65.

--

CO7 Technologies est soutenue par PME MTL West-Island

Recevez nos contenus exclusifs par courriel