Trouver les experts de votre territoire

Entrez le code postal de votre entreprise ou sélectionnez votre pôle de services

  1. West-Island 1675, autoroute Transcanadienne
    Bureau 301
    Dorval, QC H9P 1J1
    514 426-2888
  2. Centre-Ouest 1350, rue Mazurette
    Bureau 400
    Montréal, QC H4N 1H2
    514 858-1018
  3. Grand Sud-Ouest 3617, rue Wellington
    Verdun, QC H4G 1T9
    514 765-7060
  4. Centre-Ville 630, rue Sherbrooke Ouest
    Bureau 700
    Montréal, QC H3A 1E4
    514 879-0555
  5. Centre-Est 6224, rue Saint-Hubert
    Montréal, (Québec) H2S 2M2
    514 723-0030
  6. Est-de-l'Île 7305, boulevard Henri-Bourassa Est
    Bureau 200
    Montréal, QC H1E 2Z6
    514 494-2606
Trouver votre pôle

Baleco : innover avec flair et audace

Défi d’entrepreneur | 6 mai 2019

Aller à contre-courant en proposant des produits nettoyants inodores à des consommateurs pour qui la qualité se mesure à la puissance des fragrances. C’est le pari audacieux (et réussi) d’Anie Rouleau et de la marque Baleco.

Intolérante aux fragrances, Anie Rouleau avait pris l’habitude de fabriquer elle-même, de manière artisanale, ses produits d’entretien et corporels afin d’éliminer nausées et autres irritations. Puis, au début de la décennie actuelle, au retour d’un congé de maternité, sans avoir mené une étude de marché et sans contact dans l’industrie, elle a décidé d’en faire sa nouvelle carrière.

Ayant surtout œuvré dans le domaine de l’énergie hydroélectrique et de la restauration, l’entrepreneure s’aventurait ainsi sur le terrain de multinationales comme Unilever, Procter & Gamble et SC Johnson. « Il y avait une place à prendre dans ce créneau, raconte-t-elle. Les gros joueurs fabriquent tous essentiellement les mêmes produits, puis les démarquent les uns des autres avec des odeurs chimiques. Par conséquent, les produits inodores sont les enfants pauvres de leurs gammes respectives. »

Seulement autour d’elle, Anie Rouleau avait identifié plusieurs personnes intéressées par des articles inodores. « Nous sommes surexposés aux odeurs, lance-t-elle. Or, cela ne fait pas l’affaire de tout le monde. A-t-on vraiment besoin de diffuser une fragrance pour mieux dormir ? Et faut-il qu’un appartement sente les chutes du Niagara quand on y organise un tête-à-tête ? »

Refuser les compromis selon Anie Rouleau de Baleco

Animée d’une volonté de ne pas faire de compromis, Anie Rouleau s’est adjoint les services d’un chimiste à la même vision qu’elle. « Au moment de notre rencontre, il venait de refuser un contrat pour concevoir la marque maison de produits ménagers d’un important détaillant, le mandat ne correspondant pas à ses principes environnementaux. »

Car pour la femme d’affaires, il était déjà établi que sa gamme naturelle ne se contenterait pas d’être incolore et inodore, mais que son ADN porterait des valeurs écologiques fortes. « Les produits à créer devaient entre autres être hypoallergènes, non testés sur des animaux, sans agents masquants et avec un maximum de 10 ingrédients pour qu’on puisse aisément les connaître, comme avec le tableau des valeurs nutritives d’un aliment. »

Après une année consacrée à la recherche et au développement, Baleco a lancé en 2013 cinq produits (liquide à vaisselle, savon à lessive et à main, nettoyant tout usage, etc.). La gamme est aujourd’hui commercialisée sous le nom The Unscented Company. On y a greffé une foule d’éléments : essentiels de salle de lavage, baumes à lèvres, lotions, etc. Toujours dans un souci de respect de l’environnement, en plus d’emballages facilitant le mode de vie durable, Baleco a innové avec des stations de remplissage autant à la maison qu’en magasin.

 Je suis fière d’avoir dérangé l’industrie et d’avoir changé ses standards.  

Dès 2015, l’organisation a reçu la certification B Corp. Celle-ci est octroyée à des entreprises à but lucratif qui répondent à des exigences sociétales et environnementales, de gouvernance et de transparence envers le public. Ici, par exemple, elle atteste que 90 % des fournisseurs de The Unscented Company se trouvent dans un rayon de 500 kilomètres de son siège social montréalais. On encourage ainsi l’achat local tout en réduisant l’empreinte associée aux transports des marchandises.

Surmonter une croyance… et prospérer

Alors que le chiffre d’affaires de la jeune pousse a atteint un million de dollars en 2018, Anie Rouleau prévoit tripler ce montant dès cette année en vertu d’ententes avec des distributeurs majeurs et nationaux comme les marchés Métro, Rachelle-Béry, Avril, Bulk Barn et les Fermes Lufa. Le nombre de points de vente, lui, doublera dès cette année. Sans parler d’accords avec des hôtels qui proposent désormais des chambres entretenues avec des articles non odorants.

En plus, des politiques publiques sur les contenants de plastique à utilisation unique comme celle récemment dévoilée par la Ville de Montréal laissent entrevoir des lendemains chantants pour Baleco et sa gamme.

« Pourtant, nous sommes partis avec un obstacle majeur, raconte Anie Rouleau. En l’absence de senteur, de colorant et de mousse, des gens croyaient à tort que les produits ne nettoyaient pas bien. D’autant plus que les grandes marques garantissent désormais une lessive qui émettra des odeurs jusqu’à 21 jours après le lavage. »

Cela dit, les statistiques tendent à donner raison à la spécialiste, car les ventes de produits ménagers écologiques grimpent chaque année de 14 à 15 % au pays, contre à peine 1 % pour les articles conventionnels. « Je ne vise pas les consommateurs qui s’identifient aux publicités de lessive dans lesquelles des jeunes filles courent dans des champs, illustre-t-elle. Par contre, je suis fière d’avoir dérangé l’industrie et d’avoir changé ses standards. Dans ce domaine, le soleil brille pour tout le monde. »

Du soutien sur tous les plans pour faire évoluer l'entreprise

Anie Rouleau qualifie de « référence et de ressource précieuse » l’équipe de PME MTL avec laquelle elle a travaillé lorsque confrontée à divers enjeux de financement et de croissance. « Le carnet d’adresses de PME MTL m’a été fort utile », reconnaît-elle, expliquant avoir été mise en contact avec des instances comme la Banque de développement du Canada, Exportation et développement Canada et le ministère de l’Économie et de l’Innovation.

De plus, les experts de PME MTL lui ont apporté aide et conseils jusque dans des détails fonctionnels et opérationnels. « Je les ai récemment contactés, car je devais produire un contrat d’employé, mais mon seul modèle comportait… 18 pages. On m’a donc dépannée sur ce plan. »

Dans un autre registre, en vue d’une expansion américaine, PME MTL prête main-forte à l’entreprise pour des aspects liés à l’embauche, au statut juridique et aux subventions possibles à l’exportation. « De loin, PME MTL constitue la source d’aide la plus accessible et la plus utile pour accéder à des ressources et à de l’information. »

--

Baleco est soutenue par PME MTL Grand Sud-Ouest